Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Rions un peu avant les vacances : Ode au baston

Entre nous

-

06/07/2017

Ode au baston

Durant cette période de campagne électorale nous avons entendu sans arrêt les hommes politiques dire :
"J'irai jusqu'au bout" !

Comment peuvent ils en être si sûr? La raison en est simple, c'est qu'ils pensent tenir le bon bout.

Cependant, il y a un problème : n'oubliez pas, un bâton a deux bouts, le bon et le pas bon. Alors comment savoir si on tient le bon bout ?
Car si on se trompe de bout, c'est le retour de bâton assuré, ou encore la volée de bâton, ou pire encore si le bâton est fraîchement coupé, la volée de bois vert. Pas agréable quand on est un homme politique sûr de soi.
Alors il faut prendre son bâton de pèlerin et chercher. On discute avec les autres à bâton rompu. Mais dans ce cas, méfiance car un bâton rompu a maintenant quatre bouts. Le problème s'est aggravé. Pour de le résoudre, on peut être tenté de faire un diagramme en bâtons, mais ça devient trop complexe pour un homme politique.
Alors ne reste il que le bâton d'aveugle?
Mais non, la solution existe. Simple mais il fallait y penser, il faut avoir un bâton à un seul bout. Mais attention aux arnaques, ne vous faites pas refiler un bâton à un seul mauvais bout! Vous seriez conduit à mener une vie de bâton de chaise. Mais si vous avez un bâton avec le bon bout, et bien ce sera à vous de mettre des bâtons dans les roues des autres, et vous aurez peut être ainsi gagné votre bâton de maréchal. Et plus tard, quand vous serez retiré des affaires il vous servira de bâton de vieillesse.

564 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Entre nous

Béziers met à l'honneur Caroline Aigle et Jacqueline Auriol

GD

Gérard DAVID

26 mars

1

Entre nous

Retour d'expérience et conseils ... service en ligne !

photo de profil d'un membre

Contact AEA

06 mars

Entre nous

Concours AEA - Redskins : les résultats sont en ligne...

photo de profil d'un membre

Jean-Pascal DELCOURT

01 février

1